Les véhicules prioritaires : quoi savoir ?

Aussi utile qu'elles sont dans nombreux domaines, ils conservent une condition d'utilisation qui répond aux besoins du domaine à satisfait. S'agissant des véhicules prioritaires n'étant pas destiné à être utilisé pour de simples déplacements, les articles du code de la route leur donne quelques privilèges leur permettant de ne pas faillir à leur mission. Que faut-il savoir sur ces véhicules avec lesquels nous partageons presque chaque jour la circulation routière.

Les quelles sont reconnues véhicule prioritaire ?

Nous enregistrons plusieurs qui sont légalement et naturellement reconnue comme véhicule prioritaire. Par contre d'autres sont reconnu prioritaire de façon circonstancielle. Ainsi, dans la rangée de ceux, officiellement prioritaire, nous retrouvons : les services de police; la gendarmerie; les douanes; les pompiers; les ambulances privées, en cas de demande du service d’aide médicale urgente (SAMU); les véhicules d’intervention des unités mobiles hospitalières (SAMU et SMUR); les véhicules affectés au transport de détenus; les véhicules escortés par la police ou la gendarmerie. Tout autre véhicule comme les voitures ministérielles, diplomatiques ou présidentielles ne sont pas prioritaires, sauf dans le cas d’une escorte.

La priorité donnée à ces derniers

Conformément à l'article R415-12 du Code de la route , ces véhicules sont autorisé à enfreindre les codes de route en cas de force majeure.
Il est donc obligatoire de réduire sa vitesse et se tenir à l'écart du chaussée lorsqu'on voir un véhicule prioritaire approcher, il est même autorisé de brûler le feu rouge afin de permettre au véhicule prioritaire approchant de passer, tenir tête à cet article est strictement puni. Il s'agit d'ailleurs d'une infraction de quatrième classe.